Biographie


L'artiste peintre

Voici un des rares jeunes artistes marocains (il est né en 1972) chez qui la création plastique est une épreuve de force, une confrontation et un pari à remporter.

Calligraphe d’une inventivité particulière, Larbi Cherkaoui a depuis longtemps libéré la lettre arabe de son orthodoxie pour en faire un signe universel, qui relèverait de la cosmogonie, l’inscrivant dans un espace optique de type abstrait.

Lyrique, suggestif, le mouvement a fini par subvertir la normalité des formes lettrales qui vont se répercuter diversement sur la peau en ondes de choc optimales, en touches et en taches spontanées, se lovant à qui mieux mieux dans un quadrillage eurythmique et à la fois emblématique : secret d’une
composition/puzzle qui exige initiation préalable. L’élément « contraste », notoire chez l’artiste, fait ressurgir un résultat calibré, traces cryptogrammatiques dont les effets lumineux renforcent la teneur en tons chauds et la qualité pigmentaire.

On a parfois l’impression d’assister à des résolutions graphiques d’un genre nouveau, avec une tendance à la verticalité : allusions symboliques à un lettrage dûment tronqué, qui s’adresse sans doute exclusivement au regard, exception faite de toute sonorité. Ecriture émotionnelle vidée de tout
esthétisme, traduite énergiquement en des formes abstraites pures.

Avec l’arrivée de Larbi Cherkaoui à l’emploi d’un polychromatisme qui n’est pas forcément une figure de style : nuances colorées, jeu de focalisation en profondeur et gerbes lumineuses débordant sur les côtés, c’est assurément un pas en avant dans la recherche, élargissant la sensibilité à d’autres tons et d’autres valeurs afin de s’en approprier l’esprit et la matière.

Cela n’occulte certainement pas la présence de manière générale d’un clin d’oeil constant à un legs linguistique social déterminé, autant dire au patrimoine, ni le maintien plus ou moins conscient de la revendication identitaire, lesquels permettent de se situer culturellement.

Abderrahman Benhamza